Le Thérapie Protein
Le

Thérapie Protein

La thérapie protéique est le traitement avec des substances protéiques introduites dans le corps par voie parentérale.

Pour la protéinothérapie, le sang est utilisé (voir Hémothérapie), y compris le sang du patient (voir Autohémothérapie) et d'autres substances protéiques (par exemple, le lait). Un type de protéinothérapie.
est une thérapie tissulaire , proposée par VP Filatov.

L'administration parentérale d'une préparation protéique s'accompagne d'une réaction générale du corps - augmentation de la température, détérioration temporaire du bien-être et réaction locale, qui se manifeste dans l'hyperhémie, et introduction d'une préparation protéique - apparition d'une inflammation.

Grâce à la thérapie protéique, la réactivité de l'organisme change, ses forces protectrices augmentent et l'activité du système réticulo - endothélial augmente.

Indication - maladies chroniques infectieuses et allergiques infectieuses (par exemple, articulations), ulcère peptique , ulcère trophique , etc.

Contre-indications - athérosclérose grave, insuffisance cardiovasculaire ou rénale , ainsi qu’une hypersensibilité aux préparations protéiques.

Complications: choc anaphylactique (voir Anaphylaxie ) et maladie sérique.

Traitement des complications - voir Maladie du sérum .

Le

Thérapie protéique (protéine + thérapie grecque therapeia - traitement) - traitement avec des substances protéiques introduites dans le corps par voie parentérale. La thérapie protéique est non spécifique, ou une thérapie d'irritation.

Des substances protéiques sont utilisées: autohémothérapie sanguine propre (voir), hémothérapie du sang du donneur (voir hémothérapie), hétérogémothérapie par du sang étranger, lactothérapie au lait, autosérothérapie au sérum sanguin ou lactosérum étranger (cheval, bovin, agneau, etc.). - seroterapiya (voir), différents vaccins - traitement vaccinal (voir), sérums antitoxiques (antidiphtérie, tétanos, etc.), propre pus - autopiothérapie.

La lactothérapie est réalisée avec du lait de vache sans graisse, stérilisé par ébullition au feu ou au bain-marie pendant 10 minutes. Dans le lait ainsi préparé, il n’est pas toujours possible de détruire complètement toute la flore bactérienne. Le lait est injecté par voie intramusculaire, en commençant par 0,5 ml et en augmentant progressivement la dose à 10 ml à intervalles de 3 à 4 jours; seulement 10 injections. On utilise plus souvent une solution à 5% de caséine de lait. Un certain nombre de préparations standardisées de lait ont été proposées: yatrénasein, caséozan, lactalbumine, etc. Des protéines d'œuf, deutéroalbumase, peptone, acide nucléique sous forme de sel de sodium VP Filatov, la thérapie tissulaire est l'un des types de thérapie protéique, mais une genèse plus complexe.

Les protéines injectées par voie parentérale, en fonction de la réactivité de l'organisme, de la dose et de la nature de la préparation protéique provoquent une réaction locale et générale plus ou moins prononcée.

La réaction générale peut durer plusieurs jours et se traduit par une augmentation de la température. L'état de santé s'aggrave: il y a un malaise, une faiblesse générale, parfois des douleurs dans les articulations et les muscles. Ces plaintes à mesure que la température chute. Le métabolisme principal, le nombre de leucocytes, les fractions de globuline de la protéine, l'activité enzymatique du sang et la formation d'anticorps augmentent. L'activité du système réticulo-endothélial, sa capacité phagocytaire et l'activité des glandes surrénales augmentent.

La réaction locale peut être au centre du processus pathologique (réaction focale) ou dans le domaine de l'administration de médicaments. La réaction focale (un afflux de sang dans l'organe affecté, une inflammation accrue) contribue à l'élimination du processus pathologique local. Cependant, une réaction trop forte peut contribuer à la propagation de l'infection (par exemple, généralisation du processus de la tuberculose, etc.). Il est très utile de combiner une thérapie vaccinale spécifique et des médicaments avec une thérapie protéique. En plus de la focalisation, il existe une réaction inflammatoire locale dans le domaine de l'administration de la préparation de protéines. La thérapie protéique modifie la réactivité et augmente l'activité protectrice du corps, sa résistance. Le médicament, la dose et la méthode d'administration doivent être choisis avec soin, en tenant compte de la nature de la maladie et de la réactivité de l'organisme.

Complications: anaphylaxie, maladie sérique.

Les indications de la thérapie protéique sont le plus souvent les maladies articulaires allergiques et infectieuses chroniques, les maladies léthargiques léthargiques, l'hydradénite, les ulcères trophiques et d'autres infections chroniques (gonorrhée chronique, dysenterie chronique, etc.). En cas d'infection chronique, il est conseillé d'associer une thérapie protéique à des agents antibactériens (antibiotiques, etc.).

Contre-indications à l'utilisation de la protéinothérapie: athérosclérose sévère, insuffisance circulatoire, maladies rénales et hépatiques, épuisement.