Le Bouche bouche de l'homme
Le

Bouche, cavité buccale

Bouche, cavité buccale topographiquement divisée en ce qu'on appelle le vestibule de la bouche et la bouche proprement dite (Fig.). Le terme "bouche" se réfère également à l'ouverture orale enfermée par les lèvres de la bouche. Les bords du vestibule de la bouche servent devant les lèvres et les joues et derrière les processus alvéolaires des mâchoires et des dents. La cavité buccale par le haut est limitée par la voûte du palais dur; la base de la cavité buccale est le muscle maxillo-hyoïde dont les muscles linguaux, linguaux, sublinguaux et sublinguaux sont situés au-dessus. Le bord postérieur de la cavité buccale est représenté par un ciel mou, avec la contraction des muscles dont se forme l'ouverture du pharynx, qui est également limitée par la racine de la langue et l'arc pharyngien avant non gingival. En avalant, le palais mou sépare la cavité buccale et la partie orale du pharynx de la cavité nasale.

structure de la cavité buccale
Fig. 1-3. Cavité buccale Fig. 1. Section sagittale. Fig. 2. Vue de face (les coins de la bouche sont coupés). Fig. 3. Partie avant:
Le

cavité buccale
1 - palatum durum ( palais solide);
2 - dentes (dents);
3-labium sup. (lèvre supérieure)
4-rima oris;
5-labium inf. (lèvre inférieure)
6 - vestibulum oris (vestibule de la bouche);
7 - mandibule;
8 - m. mylohyoideus;
9 - m. genlohyoideus;
10 - gl. sublingualis;
11 - m. genloglossus;
12 - os hyoideum;
13 - isthmus faucium (zev);
14 - lingua (langue);
15 - palatum molle (palais mou);
16 - cavum oris proprium;
17 - frenulum labii sup.
18 - gingival (gomme);
19 - arcus palatoglossus (une langue à lèvres);
20 - amygdale palatine (amygdale palatine);
21 - luette (langue);
22 - frenulum labii inf.
23 - arcus palatopharyngeus (arc pharyngien palatin);
24 - plicae palatinae transversae;
25 - venter ant. m. digastrici;
26 - m. buccinateur;
27 - corpus adiposum buccae.
Le

La cavité buccale est tapissée d'une membrane muqueuse dont l'épaisseur comporte un grand nombre de petites glandes salivaires . La membrane muqueuse de la cavité buccale est recouverte d'un épithélium plat multicouche situé sur une base de tissu conjonctif. Cette couche sans limite nette se transforme en une couche sous-muqueuse. Dans la gencive, la langue, les sections latérales du palais dur et la zone de la suture palatine, il n'y a pas de couche sous-muqueuse. L'approvisionnement en sang, le drainage lymphatique et l'innervation des parois de la cavité buccale sont étroitement liés aux systèmes vasculaire et nerveux des mâchoires (voir). Les canaux des glandes salivaires débouchent dans la cavité buccale.

Il convient de noter les changements dans la structure de la muqueuse buccale avec l'âge: l'amincissement de l' épithélium commence, des signes de dégénérescence apparaissent, l'intégrité de la membrane basale se dégrade, le tissu conjonctif se densifie. L'allongement de la partie veineuse des capillaires, une diminution de leur nombre, un ralentissement du flux sanguin sont notés. Dans les cellules de l'épithélium tégumentaire, l'incidence de la cornification augmente avec l'âge. Tous ces changements ont un effet significatif sur l'apparition et le développement du processus pathologique et doivent être pris en compte lors de l'examen ou du traitement d'un patient.

La cavité buccale est la partie initiale du tube digestif. Ici, les aliments sont soumis à un traitement mécanique et partiellement chimique (voir la section Mâcher). Dans la muqueuse, un certain nombre de récepteurs sont posés, ce qui permet de déterminer la sensibilité au goût, au toucher et à la douleur. La sensibilité à la douleur et à la température de la muqueuse buccale est inférieure à celle de la peau et diffère selon les régions.

La bouche contient une flore microbienne diversifiée: en plus des microbes permanents, adaptés, les micro-organismes apportés de l'extérieur peuvent être présents pendant longtemps. À cet égard, distinguer la microflore constante et accidentelle de la cavité buccale et la microflore constante sert de barrière biologique aux microbes pénétrant dans la cavité buccale de l'extérieur.

Avec une diminution de la résistance de l'organisme, les propriétés pathogènes de certains microbes, généralement végétatifs dans la cavité buccale, peuvent apparaître. L'utilisation prolongée d'antibiotiques peut également perturber la barrière biologique et favoriser l'apparition de lésions "médicinales" de la muqueuse. Les agents responsables des maladies de la muqueuse sont principalement les champignons Candida, les entérocoques et les bactéries à Gram négatif. Des lésions souvent fongiques de la muqueuse avec aspergillose, sporotrichose , etc., ainsi qu'avec l'actinomycose, la blastomycose.

Parmi les maladies de la muqueuse, la gingivite (voir) et la stomatite (voir) sont le plus souvent observées. La stomatite peut survenir avec le béribéri, les maladies du sang, après la prise de certains médicaments (bismuth, mercure , plomb ). Avec certaines maladies infectieuses (rougeole, scarlatine ), des lésions spécifiques de la muqueuse de la cavité buccale se développent. Les maladies de la cavité buccale comprennent les maladies des dents, des mâchoires, de la langue, des lèvres et des glandes salivaires (voir Sialadénite , Sialolithiase ).

Les maladies dites précancéreuses méritent une attention particulière: hyperkératose (voir), leucoplasie (voir), papillome (voir).

Parmi les dommages mécaniques de la muqueuse, il convient de garder à l’esprit les ulcères résultant d’un traumatisme prolongé par les dents et les prothèses dentaires (ulcères décubital).

Les tumeurs bénignes observées dans la cavité buccale comprennent le kyste (voir), l' épulis (voir), le fibrome (voir), les lipomes, les angiomes. Les tumeurs malignes - cancer et sarcome - sont observées moins souvent, elles surviennent plus souvent dans la région de la langue et du palais. Parfois, les tumeurs provenant des os de la mâchoire font saillie dans le vestibule ou la cavité buccale.

Voir aussi Dents, Ciel, Langue.