Le Traitement des symptômes de vomissements
Le

Vomissements

Le vomissement est un acte réflexe complexe au cours duquel l’éjection involontaire du contenu stomacal se produit à l’extérieur; est provoqué par l'excitation du centre émétique.

Les vomissements consistent en une série de mouvements consécutifs. Tout d'abord, le portier est fermé et la section pylorique de l'estomac est raccourcie. Cela provoque un débordement de la partie inférieure de l'estomac et l'ouverture de la partie cardiaque de l'estomac. Le contenu de l'estomac pénètre dans l' œsophage et est poussé vers l'extérieur sous l'influence de la tension de la presse abdominale et des mouvements des muscles respiratoires.

Le centre de vomissement est situé au fond du ventricule IV du cerveau et est excité par des impulsions émanant du tractus gastro-intestinal et d'autres zones du corps. Dans la plupart des cas, les vomissements sont précédés de nausées (voir).

Il y a des vomissements d'origine centrale et viscérale, ainsi que des vomissements et des toxines hématogènes chez les femmes enceintes.

Les vomissements d'origine centrale sont causés par des maladies organiques du cerveau et de ses membranes (méningo-encéphalite, tumeurs et traumatismes cérébraux), troubles de la circulation cérébrale; irritation ou endommagement des organes d'équilibre ( cervelet ou labyrinthe d'oreille); troubles émotionnels. Les vomissements se produisent également lorsque vous voyez des objets dégoûtants (vomissements réflexes conditionnés).

Le

Les vomissements d'origine viscérale se produisent lorsque les récepteurs gastriques sont irritants en raison de diverses maladies chroniques et aiguës, ainsi que lors de la défaite d'autres organes: le cœur (infarctus du myocarde), la vésicule biliaire, l'utérus et ses appendices. ces organes sur l'estomac.

Les vomissements hématogènes toxiques sont causés par une irritation du centre de vomissement avec des substances toxiques circulant dans le sang. Ils peuvent pénétrer dans l’organisme par l’extérieur (monoxyde de carbone, chlore , émétique et autres substances médicinales) ou se former dans le corps avec une déficience fonctionnelle du foie, des reins, des troubles métaboliques profonds dans les maladies infectieuses.

Le vomissement des femmes enceintes peut être un symptôme précoce de la toxicose. Habituellement, il est accompagné de nausées et de bave. Avec une toxicité légère pendant la grossesse, des vomissements se produisent périodiquement (le matin) et sont causés par la consommation d'aliments ou des odeurs désagréables. Avec un degré sévère de toxicose de la grossesse, les vomissements deviennent plus ou moins permanents (indomptables) et peuvent se produire même la nuit. Il y a une violation du métabolisme des glucides et des graisses jusqu'à l'apparition de corps acétoniques (voir) dans l'urine et le sang.

La date d'apparition des vomissements a une signification diagnostique. Des vomissements à jeun sont observés dans les gastrites chroniques , chez les alcooliques, avec hypersécrétion de suc gastrique. Les vomissements 10 à 15 minutes après le repas sont typiques des gastrites aiguës et des ulcères d'estomac après 4 à 6 heures. après avoir mangé - pour les ulcères pré-causaux.

La question des patients sur le nombre et la nature des vomissures est particulièrement importante. La présence de nourriture dans les masses de vomissures, consommées la veille et parfois 2 à 3 jours, est typique de la sténose (constriction) du pylore. La quantité de vomi peut être très rare (avec des vomissements du matin souffrant d’alcoolisme) ou au contraire très abondante (avec sténose du gardien).

L'odeur du vomi, en règle générale, est acide lorsque la putréfaction dans l'estomac est putréfiante; avec obstruction intestinale et en présence d'une fistule entre l'estomac et le gros intestin, le vomi a l'odeur des selles .

La disparition de la douleur après les vomissements est caractéristique de l'ulcère peptique. Lors d'une crise de coliques hépatiques, les vomissements ne soulagent pas la douleur.

Le

La valeur diagnostique est le mélange du sang avec les masses vomissantes (voir Gématémèse ), le pus ( gastrite phlegmoneuse).

Les vomissements oesophagiens, qui se produisent avec les diverticules et le rétrécissement de l'œsophage, sont de petites portions de nourriture et sont associés à une régurgitation .

Le traitement devrait viser à éliminer la maladie sous-jacente. Des mesures doivent être prises pour arrêter ou, à tout le moins, réduire les vomissements, s'ils persistent. Oppression des préparations de réflexes gag série phénothiazine (1 ml de solution d'aminazine à 2,5% par voie intramusculaire), pipolphen 2 ml de solution à 2,5% par voie intramusculaire. L'interruption de la grossesse n'est indiquée que dans les cas de toxicose grave.

La prise en charge des patients pendant les vomissements, en particulier chez les patients gravement malades et dans un état inconscient, revêt une grande importance, car l’aspiration de vomissements dans les voies respiratoires peut provoquer une asphyxie mécanique (voir), une pneumonie par aspiration . Si l'état du patient le permet, il faut lui donner une position assise ou à moitié allongée sur le côté, avec la tête inclinée vers le bas. Il est très important de soutenir la tête du patient. Si le patient pendant un vomissement doit rester en position couchée, il faut tourner la tête d'un côté et le maintenir dans cette position jusqu'à ce que les vomissements cessent. À la fin des vomissements, le patient est autorisé à rincer la bouche avec de l'eau, le patient faible doit nettoyer la cavité buccale avec un tampon humide. En cas de vomissement dans l'état inconscient, il est nécessaire d'introduire un extenseur de rotor.

Les vomissements (vomissements, vomissures) sont un acte réflexe complexe provoqué par l'excitation du centre de vomissement provoqué par des modifications de l'environnement externe (mal des transports, irritation des récepteurs visuels ou olfactifs) ou de l'environnement interne (maladies du tractus gastro-intestinal, foie, reins, ). Dans la plupart des cas, les vomissements sont précédés de nausées (voir).

Le centre de vomissement, situé, selon la plupart des physiologistes, dans la partie inférieure du ventricule, est directement activé par des impulsions afférentes qui apparaissent dans le tractus gastro-intestinal et dans d’autres parties du corps. Les fibres afférentes de l'arc réflexe émétique passent principalement dans le nn. vagus, splanchnicus (des organes de la cavité abdominale) et n. glossopharyngeus (de la racine de la langue et de la gorge), ainsi que nn. phrénique, opticus, olfactorius, vestibulaires. Les fibres efférentes traversent n. phrénique (au diaphragme) et à travers nn. spinales (aux muscles de la paroi abdominale). Le centre de vomissement est également sous l'influence du cortex cérébral.

En fonction des causes du réflexe nauséeux, on distingue les vomissements d'origine nerveuse et viscérale, ainsi que les vomissements hématogènes et toxiques.

Le premier groupe comprend les vomissements associés aux maladies organiques du cerveau ou de ses membranes, les troubles de la circulation cérébrale; vomissements causés par une irritation ou des dommages aux organes de l'équilibre - le cervelet ou le labyrinthe de l'oreille; vomissements psychogènes, se produisant avec des troubles émotionnels aigus, vomissements réflexes conditionnés qui se produisent lorsque vous voyez ou même présentez des objets dégoûtants.

Le deuxième groupe comprend les vomissements provoqués par une irritation de la muqueuse de l'estomac, des dommages à l'intestin, à la vésicule biliaire et au foie, une inflammation du péritoine, des organes génitaux internes de la femme, des lésions rénales, une irritation de la langue, de la gorge et du pharynx.

Le vomissement hématogène-toxique se produit sous l'influence de substances toxiques circulant dans le sang. Ils peuvent pénétrer dans l’organisme par l’extérieur (monoxyde de carbone, chlore, émétique et autres substances médicinales) ou se former dans le corps avec une déficience fonctionnelle du foie, des reins, des troubles métaboliques profonds, des maladies infectieuses.

La valeur diagnostique est la période d'apparition des vomissements, sa connexion avec la prise alimentaire, les douleurs dans les vomissements, le nombre et la nature des vomissures.

Des vomissements sur un estomac vide sont observés avec une gastrite chronique chez les alcooliques et avec l'hypersécrétion. Les vomissements 10 à 15 minutes après le repas sont typiques de la gastrite aiguë, des ulcères et du cancer de l'estomac dans certaines localisations de tumeurs. Les vomissements se produisent 4 à 6 heures après avoir mangé avec un ulcère adhérent.

L 'odeur de vomi est acide, avec la putréfaction dans l' estomac - la putréfaction, l 'obstruction intestinale et la fistule entre l' estomac et le côlon - les fèces. Dans ce dernier cas, le vomi contient un mélange de matières fécales, tandis que dans le cas de l'obstruction intestinale, l'odeur des matières fécales est associée à la décomposition du contenu de l'intestin grêle et à son reflux dans l'estomac. Parmi les impuretés présentes dans les vomissures, le sang a une importance diagnostique (voir Gematemesis), pus (gastrite flegmoneuse), masses fécales. Les lésions des organes digestifs sont la cause la plus fréquente de vomissements.

Les vomissements oesophagiens (vomitus oesophagealis) se produisent avec les diverticules et le rétrécissement de l'œsophage. Souvent, les vomissements accompagnent les maladies des reins, des voies urinaires, des organes génitaux. Les maladies de la plèvre, du péricarde et des troubles de l'activité cardiaque s'accompagnent souvent de vomissements.

Le vomissement est un symptôme très courant dans un certain nombre de maladies du système nerveux (encéphalite, méningite, tumeur, commotion cérébrale, hémorragies et autres troubles de la circulation cérébrale). Avec des troubles fonctionnels du système nerveux, des vomissements - nerveux (vomissus nerveux) et hystériques (vomitus hystérique) peuvent également être observés.

Souvent, les vomissements accompagnent de nombreuses maladies infectieuses. Dans ce cas, il peut être unique, seulement au début de la maladie (typhus, érysipèle, scarlatine). Dans les formes sévères de nombreuses maladies infectieuses (variole, typhoïde, septicémie, méningite cérébro-spinale), avec intoxication, anurie, migraine et surtout souvent avec toxicose gravidique, les vomissements prennent parfois un caractère prolongé - les vomissements indomptables (hyperémèse).

Les vomissements peuvent survenir lors d'une crise aiguë de glaucome d'un ou des deux yeux, de crises de maladies endocriniennes (maladie d'addison, de goitre toxique diffus), ainsi que de brûlures étendues, de chocs traumatiques et opérationnels.

Il n'y a pas de traitement spécial pour les vomissements. Il devrait viser la maladie sous-jacente. Des mesures devraient être prises pour arrêter ou au moins réduire les vomissements si ceux-ci persistent et affectent négativement l'état général du patient.

Lorsque l'intoxication alimentaire est lavée à l'estomac, une solution à 2% d'hydrogénocarbonate de sodium ou une solution à 1% de permanganate de potassium, verser sous la solution de chlorure de sodium isotonique de la peau. Pour supprimer les impulsions réflexogènes qui peuvent provenir de l'estomac, l'anesthésine est administrée à l'intérieur de 0,25 à 0,5 g 3 fois par jour ou avec des suppositoires (Papaverini hydrochloric 0,04, Anaesthesini 0,2, Butyri Cacao 2,0, 1 bougie 2-3 fois par jour), la solution de novocaïne 0,25 ou 0,5% à l'intérieur de 20 ml plusieurs fois par jour. En outre, avec des vomissements persistants, un rhume est prescrit dans la région de l’estomac et les antiémétiques, en particulier une solution d’aminazine à 2,5% (25-50 mg par voie intramusculaire 2 fois par jour), une perfusion sous-cutanée de solution de chlorure de sodium isotonique.

Avec l'urémie, l'estomac est lavé avec une solution à 2% d'hydrogénocarbonate de sodium, un sondage duodénal est effectué pour extraire autant de bile que possible, une solution alcaline, une solution de bicarbonate de sodium à 2%, une solution de chlorure de sodium isotonique et une solution de glucose à 5%. Avec l'augmentation de la pression intracrânienne, 20 ml de solution de glucose à 40% sont administrés par voie intraveineuse, par voie intramusculaire, avec 5 ml d'une solution à 25% de sulfate de magnésium, produisant parfois une ponction lombaire.